Tous les articles par capiti

Les enjeux cliniques futurs dans le champ judiciaires

Texte présenté lors de la journée des 20 ans du groupe Pratique Clinique avec les Justiciables (9 juin 2015)

Benjamin m’a proposé de partager avec vous quelque chose autour des enjeux futurs de la clinique avec les justiciables.

Les enjeux, c’est-à-dire les risques actuels et futurs, ce qui est en jeu maintenant et qui aura de l’effet dans l’avenir.

Une première question portera sur les enjeux actuels de cette clinique, je tenterai de témoigner de ce que je peux observer de nos pratiques diverses.

La deuxième question pourrait être : qu’est ce qui pourrait mettre en danger la possibilité, bien que très fragile, que nous avons actuellement, de pratiquer nos métiers et de les pratiquer dans le respect de la loi et de l’éthique propre à nos cliniques respectives ?

La situation actuelle est quasi intenable, le système judiciaire, carcéral et de santé dans son ensemble devient de plus en plus dysfonctionnel. Le constat est partagé et la réponse est peut-être sensiblement la même de part et d’autre.

D’une part, la réforme de la psychiatrie va dans le sens, entre autres, d’une dématérialisation des structures de soins via la création d’équipes mobiles, le développement du travail de proximité, le travail en réseau.

Et d’autre part,  la crise actuelle de la justice amène un changement de philosophie. Une volonté de bientraitance alliée à une volonté de diminuer tant les coûts de l’incarcération que les effets pervers de celle-ci conduit à la création de nombreuses alternatives à la détention notamment sous la forme d’une dématérialisation de la prison via la surveillance électronique, des libérations probatoires sous conditions, etc.

Face à cette situation, que proposent les cliniciens ?

« Etre là » dans le temps et dans l’espace. Etre là dans la continuité du lien, dans l’intime du carcéral, cette vie institutionnelle, où les personnes circulent en sandales et nous en  chaussures d’extérieur, c’est dire combien nous venons les voir chez eux. Etre là également, après le temps de l’incarcération, dans un accompagnement ambulatoire avec ou sans contrainte judiciaire.

Etre là dans l’espace entre le réel et le symbolique. Pour que puisse exister un espace thérapeutique, il est nécessaire que le psy ne soit pas totalement dans le réel. Il est nécessaire que la personne, qu’elle soit détenue, internée, toxicomane, meurtrier ou  de toute autre identité criminelle, que cette personne puisse me mentir, être exigeante, en colère, en pleurs, que puisse émerger le récit de son parcours, de sa déchéance, de ses espoirs, de ses rechutes, de l’injustice qui l’accable.  Il faut que tout cela puisse advenir et n’ait pas d’effet sur le réel « ni en mieux ni en pire ». Il faut dès lors également que je puisse faire le deuil d’un quelconque impact sur le réel de cette personne, que j’abandonne l’idée de la sauver des injustices ou de la violence qui l’entoure.

Jusqu’où, d’ailleurs, suis-je capable d’aller dans cette acceptation de la situation bien souvent désespérante de nos patients ?

Et pourtant, dès l’instant où je me mets à intervenir dans le réel, à vouloir quelque chose pour lui ou elle, d’autre que ce qui est là, je perds cet espace symbolique, j’entre dans le désir de le sauver de ses souffrances, de le sauver de lui-même et du monde si cruel (et ce n’est pas une exagération moqueuse, c’est vrai), je désire le réinsérer dans ma société, est-ce la même que la sienne ?

Dans le cas de Monsieur K, une mesure d’internement est venue mettre un terme à près de vingt années d’emprisonnement, chaque libération entraine une consommation violente et destructrice qui mène à de nouveaux délits et une réincarcération.  Un suivi psy est assez bien engagé, monsieur K semble parvenir malgré de fortes réticences à ouvrir certains pans de son histoire, il regarde l’émergence de sa délinquance, de ses consommations qui visent à l’abattre quand l’angoisse se fait trop forte, ses actes prennent sens, il se heurte avec douleur à la question que vient lui poser son internement. Je peux rester en face de lui, il n’y a pas d’attaque du cadre parce que le cadre ne change rien, parce que ma présence ne change rien à ce qui pourra se passer dans sa vie si ce n’est cet espoir que peut-être il puisse vivre autrement. Dans la réalité matérielle, il est très bien soutenu par une collègue assistante sociale, une psychologue du SPS intervient avec beaucoup de justesse dans son parcours d’internement, un avocat est présent également.

Pourtant, vient un moment où une sortie spéciale est envisagée, l’internement oblige à un accompagnement. Celui-ci ne peut être réalisé par un visiteur de prison de sa connaissance, ma collègue AS est absente et il m’est instamment demandé de l’accompagner tant les rendez-vous sont difficiles à obtenir. Il est très désireux de cet accompagnement, me disant être rassuré par ma présence, sentant qu’il est susceptible de saboter l’entretien d’admission, etc. Je résiste tant que je peux sentant combien ce basculement d’une place à l’autre va changer les enjeux de la relation. Et effectivement, dès lors que j’accepte, ses attentes, ses demandes ne cesseront d’augmenter, achats de nouveaux vêtements, aller manger dehors, voir une amie chère etc. Toutes demandes qui bien sûr sont respectables dans la grande détresse qui est le quotidien des personnes incarcérées, mais qui ne permettent plus de garder cet espace d’irréalité entre nous. Il devient à mes yeux, un homme harcelant, faisant du chantage qui insiste et exige mon humanité compatissante.  Lors de la sortie, sa parano est éveillée lorsque installé à l’arrière de ma voiture, s’enclenche la sécurité enfant  qui bloque l’ouverture des portes, il en conclut que je ne lui fais confiance. Je tenterai avec lui de nombreux réajustements de la place que nous pouvons prendre, quelque chose est devenu insupportable dès l’instant que sa pathologie est venue s’exercer sur moi dans le réel et ne s’est plus adressée à moi dans ma fonction. Ce qui a été agissant pour troubler ce travail psy, c’est que la situation de cette personne nécessite de quitter mon cadre de travail, nécessite que je prenne en compte sa réalité sociale et le cadre légal et que ces deux aspects soient plus contraignants que le mien.

Et pourtant, c’est là le risque de l’intenable, il y a une violence à enjoindre une personne à se positionner en sujet, violence des institutions de soins en psychiatrie ou en toxicomanie qui se refusent à prendre en compte l’absence totale de liberté du sujet. Il est en effet attendu des personnes parmi les plus précarisées, les plus démunies en liberté individuelle, d’être capable de se subjectiver, de transformer la violence actée et subie en un positionnement d’un sujet qui se responsabilise, qui fait des choix, quitte à renoncer à la satisfaction de sa demande aussi légitime soit-elle.

Les personnes détenues ont des demandes, même si celles-ci bien souvent ne sont pas des demandes thérapeutiques mais des demandes de soutien matériel, de logement, de revenus, de liberté !  Face à ces demandes, la volonté des intervenants psychosociaux de rester dans leur cadre d’action fait violence à la personne, nie la légitimité de ses besoins et tend de plus en plus à déresponsabiliser l’intervenant comme le souligne Xavier Larminat dans son ouvrage « Hors les murs ».

Le justiciable se trouve pris entre deux feux, entre deux fonctionnements et deux dysfonctionnements.

Avec une jeune femme, également internée, à la prison de Berkendael, je ne parviendrai pas à renoncer à changer quelque chose dans le réel de sa situation, peut-être à cause de sa jeunesse, ses silences, les traces de brulures sur ses mains, sa passivité et puis les brusques retournements contre elle-même de ses pulsions violentes… J’ai envie de l’aider à trouver les mots prononcés plutôt que les voix entendues, même si bien souvent c’est moi qui parle dans le parloir, j’entends et j’écoute aussi. Je prends une fonction d’accompagnement, de tiers.  Elle rencontre dans les dysfonctionnements de la justice et du soin les échos de sa propre pathologie, elle se tait et il n’y a personne pour l’entendre, elle ne demande rien et on oublie son dossier, une place lui est assignée en psychiatrie mais elle doit attendre sans délai prévisible de pouvoir occuper cette place. Aujourd’hui, elle a été hospitalisée, elle a demandé à revenir en prison et nous préparons une nouvelle hospitalisation et même ce qui sera sans doute une post hospitalisation. J’ai choisi de l’accompagner, d’être le fil conducteur, de faire lien. Aujourd’hui, elle parle, elle rit même, tout cela a débuté il y a trois ans déjà.

Rêvons ensemble si vous le voulez bien, … mais pas trop fort quand même j’aurais peur de m’emballer.

Alors quelle serait  à nos yeux une clinique idéale avec les justiciables ?

Oui, sans doute,  un « rêve » de prisons non surpeuplées, avec des conditions de vie décentes, sans maltraitance par le système pénitentiaire, sans un surplus de punitions par racisme ambiant, avec un cadre de soin de santé respectueux de la charte des Droits de l’Homme, avec des équipes de soin dignes de ce nom, au moins par le nombre de travailleurs, avec des équipes psychosociales qui aient les moyens de réaliser leurs missions, en somme avec des lois qui soient respectées et des moyens adéquats à leur mise en œuvre.

Un rêve d’institutions de soins qui acceptent de regarder la réalité sociale des personnes qui s’adressent à elles, des institutions qui recevraient des moyens financiers suffisants pour pouvoir répondre à l’ensembles des demandes qui leur sont adressées et ne soient donc pas enclines à refuser celles qui semblent les plus « hasardeuses » avec le moins de chance de succès, des institutions qui ne soient pas envahies par la crainte de perdre leurs subsides en cas d’ « inefficacité » établie selon des critères d’évaluation qui n’appartiennent pas au champ du soin.

Un rêve de justiciables qui ne puissent plus se dissimuler derrière les incohérences du système et se victimiser à bon compte.

Un rêve donc d’une politique pénitentiaire moins orientée vers le sécuritaire et d’une politique de soin moins orientée vers l’évaluation des résultats. Une atmosphère où l’on ne serait pas pris entre le marteau et l’enclume d’un discours politique creux mais qui crée des fossés entre les attentes, les moyens donnés et les nécessités du terrain.

Or je peux également imaginer que si tous ces moyens étaient mis à disposition, la réalité ne serait pas nécessairement idyllique.

Le refus des institutions de soin  est, par ailleurs, compréhensible tant la méconnaissance et la méfiance sont grandes de part et d’autre.

Cet aspect est peut-être la question de fond des enjeux de la clinique avec les justiciables et la raison d’être de ce groupe de travail depuis 20 ans. Les ingrédients des écueils permanents entre ces deux champs sont ceux de la crainte de la contamination, du glissement de la philosophie de l’un sur l’autre. Il s’agirait de la crainte  du laxisme clinique et d’une certaine impunité des actes commis d’une part et d’autre part la crainte de l’instrumentalisation des soignants, ou des institutions par le champ judiciaire.

Chacun se réclame, dès lors, de sa propre vision de la responsabilisation et de la subjectivation.  Cela pourrait être la reconnaissance des faits du point de vue de la justice et une capacité à choisir, voire à renoncer, à de l’aide ; versus  l’adhésion pleine et entière au désir d’être soigné quitte à renoncer à la liberté du point de vue du secteur santé.

Ce que j’ai pu observer chez de nombreux intervenants de la clinique avec les justiciables, dont je suis, c’est que nous travaillons à la marge, à la frontière de l’éthique de nos champs respectifs. Nous bricolons, nous adaptons nos cadres afin que ceux-ci, tout en respectant le plus possible l’esprit de la loi, soient malgré tout à l’écoute des personnes avec qui nous travaillons, que nos actes soient en concordance avec la réalité de ceux POUR qui nous travaillons. Je pourrais m’identifier à la démarche du Dr Lequément qui est venu témoigner de sa démarche de co écriture avec le patient du rapport de suivi psychiatrique. C’est pour moi, une démarche de subjectivation de la souffrance, c’est-à-dire comment la personne peut, en les comprenant et en les modifiant parfois, se réapproprier les mots qui parlent d’elle,  ses symptômes. Ce rapport est donc moins centré sur le destinataire mais bien sur l’authenticité subjective et assumée du processus d’écriture et de soin. C’est l’esprit de la loi plutôt que la lettre de la Loi, c’est-à-dire je soigne et pas je montre que je soigne.

Nous acceptons à Capiti le travail thérapeutique sous contrainte, sous injonction. De nombreuses personnes, nous arrivent avec une obligation de voir un psy pour obtenir des sorties spéciales, des congés pénitentiaires, une libération conditionnelle. Nous sommes donc enjoints de problématiser la consommation de produits (cela n’est souvent pas très difficile), mais parce que nous pouvons refuser, nous pouvons également accepter et nous engager auprès de ces personnes à les accompagner, à les entendre dans le respect du secret professionnel.  Parce que nous acceptons le travail sous contrainte, nous pouvons être « auprès » d’eux, là où ils en sont.

En ce qui concerne les risques à venir, Xavier Larminat cite  Michel Foucault, dans «  La stratégie du pourtour » que je voudrais citer à mon tour : « Les transformations qui se passent sous nos yeux et qui parfois nous échappent n’ont pas à nous rendre nostalgiques. Il suffit de les prendre au sérieux : c’est à dire de saisir où l’on va et de marquer ce que l’on refuse d’accepter pour l’avenir. »

Dans le travail de formation que nous faisons (ou faisions, les budgets de formation en toxicomanie ont été supprimés cette année par le Ministère de la justice), nous rencontrons de nombreux agents pénitentiaires et d’autres membres du personnel qui dénoncent et qui souffrent de l’impossibilité de gérer le mode fonctionnement des détenus consommateurs de produits. Nous en voyons également beaucoup qui adaptent leur fonctionnement, qui trouvent des voies, souvent à la marge du respect strict de leur mission mais qui permettent la parole, l’écoute et le recadrage. Nous leur proposons d’imaginer un cadre de travail d’abord idéal et puis réaliste avec les personnes dépendantes. Leur proposition est toujours sensiblement la même, c’est-à-dire introduire du soin et de l’éducatif au sein même de la prison, permettre à ceux qui le désirent et qui en ont besoin d’être mis à l’abri et de bénéficier d’une aide spécifique.

En Flandres, de telles initiatives existent dans les prisons de Ruiselede et de Brugge. Actuellement,  le Tribunal  de Gand a mis en place un projet pilote de « Tribunal Drogue ». L’objectif visé est la diminution des incarcérations, la réduction de la récidive et une amélioration des conditions de vie des personnes de façon à favoriser leur réinsertion sociale. Les éléments qui ont été mis en évidence à ce jour par les études d’évaluation du projet, sont qu’il est essentiel pour qu’il soit réaliste que d’une part soient mis en place des agents de liaisons entre le judiciaire et les structures de soins et que d’autre part, soient présentes sur le terrain un nombre suffisant de structures capables d’accueillir les demandes dans des délais raisonnables.

 

Le travail de l’agent de liaison est :

  • d’établir avec la personne un plan de traitement,
  • d’établir des objectifs intermédiaires et finaux (fin de la mesure probatoire),
  • de soutenir le choix et la réalisation de ces objectifs,
  • d’orienter la personne vers les structures ambulatoires adéquates.

Il est demandé au justiciable de s’activer, de se responsabiliser, de se monter coopératif, de participer à l’élaboration de ses objectifs, ceux-ci seront évalués au moyen de repères « objectivables ».

Nous pouvons d’une part, nous inquiéter et vérifier si ces objectifs seront ceux du justiciable en « propre » ou s’ils devront correspondre aux attentes implicites ou explicites du monde judiciaire, du monde psychosocial. Peut-on imaginer, de façon un peu provocante, qu’une personne ne choisisse pas l’abstinence comme objectif ?

Nous pouvons d’autre part, nous étonner que de tel accents soient mis sur la nécessité d’un agent de liaison comme garant de la coordination de l’action et du maintien de la séparation entre le soin et la justice. Alors que dans le même temps, une association comme le Centre d’Appui Bruxellois voit son budget de fonctionnement raboté de telle façon que sa survie est mise en danger et ceci justement parce qu’ils sont restés à cette unique place de liaison et d’orientation, garant d’une neutralité entre le soin et le judiciaire (séparation et coordination) plutôt que de devenir une structure mixte d’orientation et de soin avec le risque d’être son propre pourvoyeur.

Qu’en est-il de la liberté de décision d’un justiciable qui se voit offrir le choix entre une période d’incarcération et une obligation d’accompagnement thérapeutique avec des objectifs à atteindre ?

Pour reprendre ce que Foucault nous propose, nous sommes ceux qui sont là, qui veillent, regardent et écoutent.

A Capiti, à nos retours de prisons, on mange, on rit, on décharge, on se relie.

Dans ce groupe qui tient si bien depuis 20 ans,  on se rencontre, on se reconnaît dans la multiplicité de nos parcours et de nos fonctions, pour que puisse se maintenir une liberté de penser et de parole,  parole libre d’une quelconque hiérarchie.  Mais aussi et surtout pour que puisse se soutenir une clinique qui toujours s’adapte mais qui a besoin de pilier,  qui a besoin de s’étayer, qui a besoin d’être pensée encore et toujours pour ne pas se désespérer.

Etre là, oui, dans la continuité du lien, oui, mais pas tout seul !

Hedwige Hogenraad, Psychologue, Cap-Iti

Bruxelles, 9 juin 2015

Huy Clos

huy_clos1

1. Accueil et prise en charge psycho-sociale des consommateurs de produits psychotropes et à leurs proches.

2. Accompagnement des familles en souffrances relationnelles.

Personne à contacter : Nathalie Abarca

Adresse : Rue de la Résistance, 2 – 4500 Huy

Tél : 085/23.66.03

Fax : 085/23.32.48

E-mail :  huy-clos@huy.be

Site internet :

Transports – Situation : Train – Bus (proche du Centre Ville)

Pas de conditions d’accès – Service gratuit.

Permanences du lundi au vendredi de 9h à 12h00

Hors permanence: sur rendez-vous

 

 

Nadja Asbl

nadja

Le centre est spécialisé dans le traitement et la prévention des dépendances. Il propose aux consommateurs et à leur entourage une consultation spécifique: accueil, information, orientation, psychothérapies individuelles et familiales.

Le centre répond par courrier aux personnes détenues, mais n’assure la prise en charge qu’à partir du moment où ces personnes bénéficient de sorties.

Programme thérapeutique:

Les objectifs du suivi sont fixés avec le consommateur. Les thérapeutes utilisent une approche communicationnelle et systémique. Les membres de la famille et de l’entourage proche peuvent être inclus dans le suivi si souhaité.

Le centre travaille en réseau avec les autres centres spécialisés.

Personne à contacter:

Dominique Humblet

Adresse:

Rue Souverain-Pont, 56

4000 Liège

Tél:

04.223.01.19

Fax:

04.221.18.43

E-mail:  

nadja.asbl@gmail.com

Site internet:

Transports – Situation:

Tous bus en direction de la Place Saint Lambert ou de l’Opéra.

Train: gare Liège-Palais à 5 minutes, gare des Guillemins à 25 minutes.

 

Solaix Asbl

logo-solaix

Solaix est un centre de consultation et de suivi ambulatoire pour les personnes dépendantes et leur entourage. Il s’agit d’un lieu d’accueil et d’accompagnement psychosocial et médical pour toutes personnes confrontées de loin ou de près à la problématique de consommation de drogues, alcool, médicaments…

Personne à contacter : Charneux Anne-Sophie (responsable), Dehez Jean-François (psychologue)

Adresse : Rue des Brasseurs 8a – 6600 Bastogne

Tél : 061/ 22.43.74

Charneux Anne-Sophie: 0473/62.48.43

Dehez Jean-François: 0470/89.58.77

Fax:

E-mail :  Solaixbastogne@gmail.com – Dehez.jean-francois@solaix.be

Site internet:

Transports – Situation:

Service ambulatoire gratuit

 

 

Maison d’Accueil Socio-Sanitaire de Bruxelles (M.A.S.S.)

 

Prise en charge psycho-médico-sociale, par une équipe largement pluridisciplinaire, des usagers de drogues les plus marginalisés.

 Programme thérapeutique

Aide sociale à tous niveaux.

Aide et suivis psychologiques.

Traitements psychiatriques généraux et spécifiques.

Soins médicochirurgicaux de première ligne (dispensaire).

Possibilité de prescription de produits de substitution.

Mise en place de groupes ouverts de discussions et d’échanges de savoirs.

Personne à contacter:

Patricia Diederich, Julien Crabbe

Adresse:

Rue de Woeringen 16-18

1000   BRUXELLES

Tél:

02/505.32.90 (équipe thérapeutique)

02/505.32.97 (administration

Fax:

02/505.32.99.

E-mail:  

Site internet:

Transports – Situation:

Trams : 3, 4, 51, 81. – Arrêt « Lemonnier ».

Aucune condition d’admission n’est requise.

 

 

 

B A B E L

babel

 

Babel est une consultation ambulatoire pour des adultes présentant des difficultés psychiques associées à une consommation de produits. L’équipe propose un accompagnement médical, psychologique et/ou social. Possibilité de suivis individuels, de couple, de famille. Les entretiens ont lieu à Babel. Des rencontres à l’extérieur (domicile, institution, prison,…) sont également envisageables.

Personne à contacter :  Joël Bissar, psychologue – Julien Crabbe, assistant-social – Astrid Lionnez, criminologue

Adresse : Rue Hôtel des Monnaies, 67 – 1060, BRUXELLES

Tél :  02/543.03.43

Fax : 02/543.03.48 

E-mail : babel@equipe.be

Site internet : http://www.equipe.be/-Babel-.html

Transports – Situation : 

Bus : W, 134, 136, 137.
Trams : 51, 3, 4 arrêt « Parvis de Saint-Gilles »
Métro : ligne 2, station « Hôtel des Monnaies »

Les nouvelles demandes sont à adresser par téléphone, sur place ou par courrier. Une première rencontre est fixée avec un intervenant de Babel pour faire le point sur la situation.

Application du ticket modérateur pour les consultations médicales ; montant des consultations psychologiques selon les revenus. La situation administrative n’est pas un frein pour un suivi.

Consultation psycho-médico-sociales sur rendez-vous tous les jours ouvrables. Des permanences sont accessibles sans rendez-vous du lundi au vendredi.

Projet Lama-Antennes (Molenbeek-St-Jean, Schaerbeek)

lama_logo

Les Antennes du Projet Lama sont un dispositif ambulatoire de soins à bas-seuil d’accès où tout usager de drogues peut adresser une demande d’aide. Ce dispositif pourra apporter une réponse rapide et personnalisée au travers d’un encadrement social, psychologique et médical avec, le cas échéant, le soutien par traitement de substitution.

Les Antennes Lama impliquent les usagers dans des actions de réduction des risques liés à l’usage de drogues.

Les Antennes Lama s’inscrivent dans un projet communautaire pour la reconnaissance de tous, y compris les usagers de drogues en difficulté.

Activités

  • Accueil communautaire accessible à tous
  • Prise en charge pluridisciplinaire des usagers de drogues et de leurs familles : traitements de substitution aux opiacés, soutien psycho-social, accompagnements extra-muros, visites en milieu hospitalier ou à domicile, travail en réseau.
  • Réduction des risques : distribution de matériel stérile d’injection, conseils visant à limiter les risques liés à la consommation de drogues, opération Boule de Neige (prévention par les pairs).
  • Formations / Intervisions proposées à un public professionnel

Personne à contacter:

Olivier Schellingen (Coordination)

Adresse : Rue Ransfort, 16 – 1080    BRUXELLES

Rue Quinaux, 19

1030 BRUXELLES

Tél:

02/411.51.61.

02/241.71.11

Fax:

02/411.84.96.

02/248.26.28

E-mail:  

Site internet:

Transports – Situation:

 

Narcotiques Anonymes

Narcotiques Anonymes se définit comme une « fraternité » ou association à but non lucratif, composé d’hommes et de femmes pour qui la drogue était devenue un problème majeur.

Nous sommes des dépendants en rétablissement qui se réunissent pour s’entraider à rester abstinents.

N’importe quelle personne ayant un problème de drogue, ou qui pense en avoir un, et quelles que soient la ou les drogues consommées, peut se déclarer membre de NA.

L’appartenance est gratuite, individuelle et complètement volontaire.

 

Adresse:

BP 152

1060   BRUXELLES

Tél: 0476/ 64. 30. 54

Fax:

E-mail:   Info@na-belgium.org

Site internet: www.na-belgium.org

Transports – Situation:

Adresse et horaires des réunions : nous téléphoner ou via le site web ou par e-mail

 

 

Trempoline

alter-egotrempoline_logo_239x89

Le service Alter Ego est une aide aux personnes toxicomanes justiciables. Il se définit comme une interface entre le monde judiciaire et les réseaux de soins. Alter Ego travaille en milieu carcéral mais dispose aussi d’une permanence à la Maison de Justice de Charleroi afin de permettre une proximité avec les Assistants de Justice.

Ce service intervient de différentes manières (mise en place d’un suivi ambulatoire, admission dans le centre de post-cure Trempoline ou une orientation vers une structure plus adaptée.

Trempoline

Centre résidentiel destiné aux personnes qui rencontrent une problématique de dépendance

Programme thérapeutique (résidentiel)

Il se divise en trois phases :

  1. L’acceuil

Durée moyenne: 6 à 8 semaines

La phase d’accueil (1er phase du programme résidentiel) est un espace chaleureux après la rue, l’hôpital ou la prison. Durant cette période, le bénéficiaire travaille sa motivation par le biais de groupes de parole, d’entretiens individuels, d’activités thérapeutiques et sportives.

  1. La communauté thérapeutique

Durée moyenne : 8 mois.

La phase communautaire (2ème phase du programme résidentiel) est conçue comme une école de vie dans laquelle chaque résident apprend à se connaître, à vivre en groupe, à s’occuper de soi et à prendre du plaisir à vivre. La prise de responsabilités, l’entraide et le respect de soi et d’autrui sont les moteurs du programme.

  1. La réinsertion sociale

Durée moyenne : 6 mois

La phase de résinsertion sociale (3ème phase du programme résidentiel) permet d’accompagner le bénéficiaire dans son évolution vers l’autonomie.

Outre le travail avec les toxicomanes eux-mêmes, UN TRAVAIL AVEC LA FAMILLE est entrepris.

 

Personne à contacter:

Service « le Premier Contact / Alter Ego »

Adresse:

Grégoire Soupart, 25

6200   CHATELINEAU

Tél: 071/24.30.23 ou 071/24.30.25

Fax: 071/38.25.92

E-mail:  

Site internet:

Transports – Situation:

Train : gare de Châtelineau

Bus à partir de la gare de Charleroi

Les personnes détenues doivent faire une demande écrite ou téléphonique à Alter Ego, 25 rue Grégoire Soupart, 6200 Châtelineau et le service répond à chaque demande de manière individuelle.

Visites au sein des établissements pénitentiaires de la fédération Wallonie Bruxelles.

Permanence : du lundi au vendredi de 9h à 12h.

Sur rdv : l’après-midi

 

L e Pont

Centre de consultations psychosociales pour les usagers de drogues molenbeekois et leur famille.

Ouvert du lundi au vendredi (sur rendez-vous).

Activités

  • Entretiens de soutien dans les locaux du service (usagers, famille et entourage)
  • Possibilités de se déplacer à domicile et/ou dans d’autres institutions.
  • Suivis réguliers dans les prisons de Forest, Berkendael, Saint-Gilles, Ittre et Nivelles et exceptionnellement dans les autres prisons d’attache
  • Soutien
  • Information
  • Préparation à la sortie
  • Liens avec l’extérieur
  • Etc

Pour bénéficier d’une visite et/ou d’un suivi en prison, les personnes détenues peuvent contacter le service par courrier, mail, billet de rapport, téléphone, via leur famille ou tout autre intervenant.

Accompagnement pour les démarches sociales et orientation.

Personne à contacter:

Joëlle Bosman, psychologue

Nadine Boigelot, psychologue

Adresse:

Rue Comte de Flandre, 15

1080   BRUXELLES

Tél: 02/422.06.17

Fax:

E-mail:  

j.bosman@clescbsu.org

n.boigelot@clescbsu.org

Site internet:

Transports – Situation:

Métro arrêt « Comte de Flandre »

Tram 51 arrêt « Porte de Flandre »

Bus 89 arrêt « Comte de Flandre »

Mutuelle non nécessaire.

Service gratuit et à la demande.